La justice, au cœur de la transition

En Tunisie, la justice transitionnelle, s’est retrouvée au cœur de la transition démocratique dès janvier 2011. Elle vise à établir la vérité sur les atteintes aux droits de l'homme perpétrées avant et pendant la révolution. A ce titre, elle concerne en premier lieu les victimes du passé: les anciens prisonniers politiques, les blessés et martyrs de la révolution, les victimes du bassin minier mais aussi les proches des victimes et leurs familles.

Plus généralement, la justice transitionnelle concerne tou(te)s les Tunisien(ne)s ayant subi des violations de leurs droits par le passé (restrictions sur la liberté d’expression, atteinte à la liberté de mouvement, discriminations dans l’accès aux soins et à l’éducation…). La corruption et la marginalisation de régions entières seront également traitées par la justice transitionnelle. 

Les nouvelles générations, notamment les enfants et les jeunes, sont aussi concernés par la justice transitionnelle. ils ont le devoir de respecter et de transmettre la mémoire des victimes et des crimes de l’ancien régime.  



Avec l'appui du projet de soutien à l'opérationnalisation du processus de la justice transitionnelle en Tunisie